Une première visite - Sonia Rodrique
Sonia Rodrique

Étudiante en théâtre, je me passionne évidemment pour le jeu mais tenez-vous bien: pour le tricot! Un de mes plus grands plaisirs dans la vie est de flâner à la maison pour tricoter des petits cadeaux que j’offrirai aux gens que j’aime. Et entre le tricot et le jeu – je blogue! C’est une excellente façon pour communiquer mes états d’âmes et mes passions.

Une première visite

Une première visite - Sonia Rodrique

Je venais de sortir du bureau d’un conseiller en planification financiere pour la première fois. Elle m’avait donné tellement de conseils, que je ne savais lequel prendre. Ce qui m’avait le plus agacé, c’était d’avoir eu l’impression d’être retourné à l’école, où j’avais face à moi, un professeur qui me dictait exactement les devoirs que j’avais à faire envers mes finances pendant plusieurs années. Je pensais qu’à la première visite, il me suffirait de monter un dossier assez rapidement, pour comprendre quelles était les dépenses que je pouvais espérer faire pendant toute l’année, sans avoir à souffrir d’un manque. Il n’en était rien. Elle me suggérait de venir la revoir plusieurs fois, afin de recalculer tous les actifs et tous les passifs, pour rester dans la norme idéalisée qu’elle avait suggérée sur le dossier qu’elle venait de me faire. J’imagine que cela va durer jusqu’à la fin de mes jours, lui disais-je. À partir du moment où un dossier est créé, je vais devoir faire le nécessaire maintenant pour lui donner raison d’être.

Six mois plus tard, je retournais la revoir, comme elle me l’avait suggérée. J’étais à un mois d’une échéance d’un crédit, et j’espérais en faire un autre pour l’achat d’un bien. Il était certain que j’allais faire encore une demande de crédit, et qu’il allait falloir que je sache en premier, si je venais à pouvoir recevoir le montant désiré, ce que je pouvais espérer comme échéance régulière, de sorte à faire que je puisse aussi avoir un plan de financement, qui ne soit en rien le frein de mon plan de carrière. Au bout du 10e gribouillis sur sa feuille, je me levais pour partir. Elle me rappela et me demanda de prendre patience, car je devais absolument essayer de comprendre qu’au moindre faux pas, je risquais de voir tous mes biens ainsi que tous les efforts antérieurs fait s’évaporer en un rien de temps. Je me rasseyais, et là, elle me fit tout un programme de toutes les possibilités d’accidents de la vie et de carrière que je pourrais craindre subir, si par malheur, je ne faisais pas assez attention. Elle me recommandait vivement de réfléchir aux possibilités qu’elle m’offrait pour m’offrir à moi-même, non pas un avenir tout rose, mais juste un avenir serein. Je ne pouvais m’empêcher de penser que, tout ce système ne servait pas réellement à nous remettre en question sur les opportunités que l’on peut s’offrir dans notre vie, mais simplement une belle façon de rentrer dans un cadre où seraient fixées toutes nos limites.